Podcast48

03
avril
2017


Posté dans la catégorie Podcast.

Permalink de l'article :
http://tinyurl.com/n53qlfz

Il est taggé en tant que...

, , , , , ,

Episode #81 – ​Est-ce que la culture idol rend les fans sexistes ?

Bonjour,

Voici l’épisode 81 de Podcast48, le dernier du cycle d’enregistrement avec O_R La veed (occhan) en invitée. C’est le troisième du Podcast48 3.0 avec la nouvelle formule : Vous aurez donc toujours 1 News/débat, 1 Big chronique sur laquelle on rentrera bien dans le détail, et de nouveau une Mid et puis une Speed Chronique.

N’hésitez pas à nous faire des retours sur cette nouvelle version de Podcast48.

Au sommaire de ce quatre-vingt-unième podcast :

NEWS / DEBAT
– Le senbatsu du 1er single des NGT48

BIG CHRONIQUE
– Est ce que la culture idol rend les fans sexistes ?

MID CHRONIQUE
Sonzai suru Riyuu (5th Documentary of AKB48)

SPEED CHRONIQUE
NGT48’s Niigatta Friends! (Variety, NGT48)

Enjoy ^_^

Misaki

PS : ne loupez pas le prochain enregistrement Live le samedi 13 mai dès 9:30, avec une nouvelle équipe !!

Comment écouter le podcast ?

iTunes : https://itunes.apple.com/fr/podcast/podcast48/id625639025?mt=2

Direct Download (mp3) : http://www.podcast48.com/podcast/pdc48_81.mp3

  • Kawaei N°1

    J’ai bien aimé votre release sur le doc des AKB, et franchement j’était pas du tout au courant pour Okada Ayaka, et c’est se qu’on demande d’un documentaire, des anecdotes et des moments d’émotion,
    surtout que Misaki à très bien retranscrit les défauts et les qualités de ce « Sonzai Suru Riyu Documentary of AKB48 »,
    pour le coup j’ai de nouveau regarder la perf d’Ayaka au tokyo dome 2014 en sachant les raisons derrière tout ça, et on comprend donc mieux les larmes des filles (en particulier Miki Nishino),
    c’est dommage que le reste du documentaire ne soit pas du même niveau, mais j’espère tout de même qu’une team va nous faire une traduction en Français de ce doc.

    Sinon c’est toujours aussi agréable de vous écouter.

    • Merci pour ton avis, je pense aussi que rien que pour l’histoire de Okada Ayaka ce documentaire valait le coup, surtout si ça pousse à regarder à nouveau le concert de 2014 et comprendre les réactions

  • 麻絵瑠

    J’ai aussi beaucoup aimé la release du doc des AKB48. J’ai été également déçue par le contenu du documentaire qui était mal organisé. Je pense qu’ils auraient dû regrouper tout ce qui s’attachait à l’ancien AKB (les membres grads + un vrai focus sur Takamina), puis une deuxième partie sur le AKB futur (la 13eme, 14eme et 15eme générations, NGT48, les avis des autres producteurs, …)
    La seule chose qui m’a vraiment marquée c’est l’histoire de Okada qui était très touchante.
    On va pas se mentir, le succès des précédents documentaires est dû à leurs scènes chocs et touchantes en backstages. Tout ce qu’on ignore et qui se passe derrière.
    Mais pour cette année, réelle déception. C’était un bordel complet. Enfin bref un podcast très intéréssant et toujours aussi amusant à écouter.

    • Merci pour ton avis, je partage ton avis : ce qu’on veut dans un documentaire c’est de l’inédit, des choses qu’on ne connaisse pas encore (l’histoire d’Okada) mais également un fil rouge, avec un « scénario ». e côté bordel était un peu trop présent cette année

  • Jeremy Mauger

    Mon avis sur la reconnaissance des idols comme « artiste » ou encore « attirer/être accepté par le grand public. Je ne comprends pas l’envie de certains fans d’être accepté par le grand public (plus que c’est déjà le cas au Japon).
    Le 48G est déjà « public-friendly », il est facile de les voir à la télé, en parler à ses amis, écouter leur musique, aller à leurs concerts et participer à leur HS (en tout cas national). Si certains ne sont pas intéressés, inutile d’essayer de se plier en deux pour essayer de les séduire et essayons tout d’abord de satisfaire les fans qui sont déjà là.
    On aura toujours plus d’hommes dans le public et en quoi est-ce un problème? Je ne pense pas qu’il y est plus de mecs à un concert des Johnnys. Certaines personnes trouveront toujours les wota « kimoi » et c’est, encore, pas à nous de se plier en deux pour les satisfaire.

    L’idée me semble venir que certains ont « honte » d’être fan d’idol et ont besoin d’une certaine légitimité quand confronté par d’autres personnes : « oh mais regarde il y a des filles qui sont fan aussi, c’est pas que des vieux pervers » ou « mais cette fille chante très bien, elle est pas que mignonne » ou encore « mais celles-ci elles font pas de gravure comme X et Y »…

    Je me revendique fan d’idols et ne veut pas changer mes groupes pour être « reconnu par tous » et ne pense pas que ça soit l’avenir ou un moyen pour avoir plus de succés. Toute tentative pour attirer un plus grand public passe souvent par des méthodes où les fans d’origine sont laissés pour compte (mise en place de règles pour accommoder les nouveaux fans, lissez l’image.etc suivez mon regard BISH).

    Prenons un exemple. Un reproche fait au 48 : les filles ne savent pas chanter, elles chantent en playback. Solution -> choisir les membres sur leur talent et non leur physique et personnalité.
    Et bien on aura un groupe qui chante mieux mais qui va perdre beaucoup des qualités que les fans d’idol aiment : voir un talent se développer, suivre une « girl next door » devenir une star.
    C’est la majeur différence entre les idols japonaises et coréennes et les fans du 48 ont déjà fait leur choix. De plus, en Corée, il y a quand même des gens qui traitent les idols comme des sous-produits alors le problème sera toujours là.

    Soyons juste fiers d’être fan!

    • Merci pour ce long commentaire Jeff, c’est intéressant de redébattre du débat dans les commentaires !

      Je suis d’accord avec tout : Soyons fiers d’être fan d’idols !

  • Bloudy

    Le premier sujet de discussion du débat sur les trucs qui ne passeront pas en France : ça me semble déjà futile de faire un copier/coller du système 48 en France, ce serait voué à l’échec complet. Que ce soit gravure, loveban rule, l’image pure, le jeune âge etc. Notamment à cause de nos habitudes pourries de s’offusquer sur tout et n’importe quoi, même si les gens aiment bien et que ça fait de mal à personne.
    Par contre, je verrais totalement un groupe comme les nogizaka ou keyakizaka faire un carton en France, tout en adaptant à nos règles, bien sûr. Elles font peu de gravure ou c’est alors pour de la mode. Leur image est beaucoup plus sérieuse et l’âge se rapproche de la vingtaine, bien plus acceptable. Leurs chansons moins accès bonbon kawaii que peuvent l’être parfois celles des 48, ça passerait mieux.

    Concernant le sexisme dans les idols, oui il y en a. Parce que le système joue énormément sur ça : la proximité, le fait de les voir quotidiennement, le fishing puissant de certaines. Donc y’en a qui se prennent au jeu et parfois le prennent trop au sérieux et ça dérape.
    Mais je pense que ce n’est CLAIREMENT pas la majorité des fans qui sont sexistes. Déjà parce que des fans filles sont là en nombre et comme l’a dit Misaki le nombre d’incident est ridiculement faible lors des events. Les japonais sont respectueux et cela se voit. Mais faut pas se le cacher hein, vous mettez de l’idol underground en france, je changerai probablement mon discours… Pour avoir fait des lives d’idols en france, j’ai jamais vu des fans aussi irrespectueux.

    Les japonais comprennent, je pense, que l’idol représente simplement un idéal, un modèle (cf : aki-p) et que la gravure en est qu’une représentation, par exemple. Du coup, ils savent faire preuve de discernement entre une idol et la fille du coin de la rue qu’ils veulent draguer et ne vont pas se comporter de la même manière.

    Une chose (y’en a même plusieurs même) que j’ai pas comprise c’est pourquoi vous faites le rapprochement entre artiste et idols pour parler du sexisme.

    • Jeremy Mauger

      Pour moi aucun problème entre vendre une image pure (et est-ce vraiment tant le cas que ça dans le 48?) et faire de la gravure. La gravure est un job, la fille essaie seulement de poser de façon à montrer une certaine image qui lui est demandée, comme jouer un rôle dans un drama. Après les gens qui trouvent que toutes les filles qui font de la gravure sont des salopes ou ont une image « salie » c’est eux qui ont un problème (spécial dédicace à certains fan HP).

      « Une chose (y’en a même plusieurs même) que j’ai pas comprise c’est pourquoi vous faites le rapprochement entre artiste et idols pour parler du sexisme »
      C’est le point du débat qui me pose un problème. « Certaines personnes ont une mauvaise image des idols alors soyons plutôt des artistes qui sont plus respectées ». Cela n’a aucun sens pour moi, on va tuer tout ce qui fait les idols intéressantes et différentes pour se faire accepter?
      Si tu veux traiter tous les points qui sont critiqués des idols c’est simple :
      – tous les membres 18 ans minimum
      – tu vires les filles qui chantent mal
      – plus de handshake
      – plus de gravure
      etc…
      Donc en gros c’et plus des idols donc je vois pas l’intérêt vraiment…

      • Bloudy

        Mouais je sais pas, la comparaison avec des artistes n’avaient pas lieu d’être imo, eux aussi sont parfois victime de sexisme.
        Clairement, si les idols étaient des artistes accomplies qu’est-ce qu’on s’emmerderait. Là au moins, elles échouent, recommencent, évoluent, abandonnent, y arrivent, se remettent en question etc. Le côté humain est 10x plus présent. Même les idols accomplies (qui sont au top depuis des années), je les trouve déjà moins interessantes.

        • Jeremy Mauger

          +1!

    • je plante le décor : je parle d’abord, dans un premier lieu, le statut plus ou moins dévalorisé de la culture idol comme sous genre auprès du public japonais.

    • Merci de donner ton point de vue à ce débat, j’aurais quasiment pu signer tout ces dires ;)

      • Bloudy

        Je viens de lire et ça explique tout (par rapport au lien que t’as mis plus haut). Ça me fait rire parce que c’est une japonaise avec un regard sur le Japon comme serait celui d’un étranger, qui ne veut voir que ce qu’il souhaite voir et bash du coup le truc. Rien que la première réponse « … et leur fan homme d’âge moyen » on voit tout de suite de qui on a à faire.
        J’aimerai vraiment savoir si elle interview des idols dans son film qui confirment ses dires, ou si elle est passée derrière le rideau pour voir comment tout ça se dégoupillait et si elle fait que basher en montrant du doigt.
        Elle parle aussi du fait qu’elle avait un malaise du fait d’être une femme au Japon. On dirait qu’elle a juste pris le phénomène idol pour expliquer son malaise personnel en prenant les mauvais côtés et dire « regardez, c’est à cause de ça ! ».
        J’aimerai franchement le regarder pour savoir si un véritable documentaire sur le phénomène idol et si c’est juste son point de vue déjà biaisé du fait de son mal-être antérieur.

  • je partage ici ma structure de débat pour éviter les confusions http://forum.podcast48.com/viewtopic.php?f=29&t=1969

  • Pour rajouter du contenu aux discussions, une partie du débat reposait sur une des analyses/interviews du récent film « TOKYO IDOLS » où la réalisatrice était clairement contre la culture idol : https://blog.womenandhollywood.com/sundance-2017-women-directors-meet-kyoko-miyake-tokyo-idols-4bce98d0ecf4 (et je suis personnellement très critique à propos de ceux-ci)