Podcast48

14
juillet
2014


Posté dans la catégorie Interview.

Permalink de l'article :
http://tinyurl.com/kdnfdh5

Il est taggé en tant que...

, , , ,

[Japan Expo 15] Interview de Izumi MATSUMOTO (Kimagure Orange Road)

BIOGRAPHIE

Né en 1958 à Takaoka, dans la préfecture de Toyama au Japon, Izumi MATSUMOTO a reçu le prix Fresh Jump décerné par le magazine Weekly Shônen Jump. Il est célèbre pour son travail sur le manga Kimagure Orange Road (1984), aussi connu en France pour son adaptation en anime sous le titre de Max et Compagnie.

Plus tard il publie d’autres œuvres tels que Sesame Street (1988) ou Shin Kimagure Orange Road (1994). Il a collaboré avec Toshiba EMI à la production de bandes dessinées numériques.

L’INTERVIEW

Ca fait 15 ans que vous avez cette maladie (fuite du liquide céphalorachidien qui ralentit ses activités) comment allez-vous maintenant ?

C’est en 1999 que cette maladie s’est déclenchée et aujourd’hui ça va plutôt bien. Je suis venu en France en bonne forme, même si un peu fatigué. C’est vrai que pendant ces 15 ans j’ai eu beaucoup d’interventions, j’ai subi des de nombreux traitements, pris beaucoup de médicaments chaque jour, chaque midi, chaque soir, mais merci beaucoup de vous en inquiéter.

IMG_2076-

Kimagure Orange Road (/Max et Compagnie) est une des séries qui a introduit la culture japonaise en France, êtes-vous conscient de cela ? Qu’en pensez -vous ?

Merci beaucoup de qualifier mon oeuvre de manga ayant introduit la culture japonaise en France mais je n’en avais pas vraiment conscience. En fait je le réalise seulement maintenant au moment où vous me posez cette question. En tout cas je suis vraiment content de rencontrer tous les fans français et de voir à quel point ils apprécient mon travail, cela me fait vraiment chaud au coeur.

Dans la série Kimagure Orange Road il y a un paradoxe entre l’envie de devenir adulte du personnage de Kyôsuke et notre ressentiment de tristesse au fur et à mesure que l’adolescence file. Est-ce intentionnel et y a-t-il une part d’autobiographie dans cette oeuvre ?

Kimagure Orange Road est une comédie romantique et c’est vrai qu’il y a une part d’autobiographie au niveau de la description des différentes relations amoureuses. En ce qui concerne l’envie de devenir adulte de la part de Kyôsuke je pense que c’est un sentiment relativement universel, tout le monde devient adulte qu’il en ait envie ou non. Au Japon on considère que la période de l’adolescence/de la jeunesse commence au collège et se termine au lycée/université. A ce moment là on rentre dans une entreprise et on devient adulte. C’est pour ça qu’au début j’ai voulu dessiner Kyôsuke comme un personnage relativement jeune (Madoka, elle, étant un peu plus adulte) et je me suis dit qu’il était nécessaire de décrire ce processus de l’enfant devenant petit à petit un adulte.

N’est-ce pas justement ce que Madoka attends ? (que Kyôsuke devienne adulte)

Oui je pense effectivement que Madoka a dans un coin de sa tête l’envie que Kyôsuke grandisse un petit peu,
. Surtout que l’on dit souvent qu’à cet âge là les filles sont plus avancées que les garçons, qui mettent, eux, un peu plus de temps à murir.

A propos de Madoka justement, c’est un personnage qui sort un peu des archétypes des personnages féminins qu’on peut voir un peu dans ce type de manga. Comment avez-vous eu l’inspiration pour ce personnage et vous rendez-vous compte qu’elle est un peu ce qu’on pourrait décrire comme « féministe » de nos jours ?

Effectivement jusqu’ici les personnages principaux féminins, qui étaient représentés dans les mangas, étaient des filles jolies, sérieuses, qui prenaient des responsabilités (en étant souvent déléguées de classe par exemple), des filles que tout le monde était censé admirer. Dans les années 80 il y a eu un phénomène dans le manga (avec notamment Fusako Kuramochi) qui tendait à représenter beaucoup de jeunes délinquants/yankee (de type masculins), qui tombaient amoureux de filles pures et innocentes. Et ce que j’ai voulu faire c’est justement le contraire de tout cela en faisant de Madoka une fille à l’apparence de délinquante (même si elle était gentille au fond) qui tombait amoureux d’un personnage masculin innocent et pur comme Kyôsuke qui respecte les règles. A l’époque c’était assez novateur car il n’y avait pas ce genre de relations dans les Shônen mangas.

IMG_2111-

Dans Kimagure Orange Road il y a également l’aspect fantastique mais l’introduction des pouvoirs de la famille Kasuga se fait de manière assez subtile (ça passe souvent au second plan par rapport à la romance). Pourquoi avoir voulu limiter l’importance de ces pouvoirs ?

Comme je le disais, à l’époque dans le Shônen Jump il y avait très peu de comédie romantique et beaucoup plus de shônen de baston classique comme Hôkuto no Ken et j’ai voulu intégrer un peu de SF dans cette comédie romantique. A la fin de la série j’ai tenté d’expliquer la provenance de ces pouvoirs mais j’ai toujours voulu garder cette partie là au second plan de l’histoire pour ne pas justement revenir dans ce qui se faisait dans les autres mangas du shônen jump. C’est pour ça que l’élément comédie romantique se devait de rester au centre de mon histoire et je pense que c’est ça qui a marché.

En France on a surtout connu la série via son adaptation animée (Max et Comagnie), qu’avez-vous pensé de cette adaptation ainsi que le film qui conclut la série et à quel niveau y avez-vous participé ?

Il y avait un très bon staff pour l’adaptation animée avec notamment des personnes très brillantes comme Tomomi Mochizuki ou Akemi Takada qui ont parfaitement su reproduire mon travail à la télévision. J’ai pu commencer à participer à la fabrication de ces adaptations à partir du second film, à partir du moment où le manga a terminé sa publication dans le shônen jump. Avant cela c’était beaucoup trop compliqué en devant maintenir le rythme hebdomadaire du magazine.
En ce qui concerne Shin Kimagure Orange Road je ne le considère pas vraiment comme une suite, car c’est en fait un Kyôsuke du passé qui arrive dans le futur. Ce n’est pas une fin en soi car il revient ensuite dans le passé et il est donc possible de voir une suite à ce Shin Kimagure Orange Road.

Pouvez-vous nous révéler un secret au sujet du personnage de Madoka ?

Certains grands fans japonais le savent déjà mais à l’origine je comptais donner un grand frère à Hikaru, qui aurait été un Bôsôzoku, leader d’un clan de yankees à motos, très cool et attirant. Ce personnage aurait été en relation amoureuse avec Madoka et donc le triangle amoureux se serait transformé en carré amoureux. Au début de la série on voit souvent Madoka rêver sur son bureau en regardant par la fenêtre, et pour moi à ce moment là elle est en train de penser à son petit ami. Mais quand j’en ai parlé à l’éditeur il m’a dit que cela serait devenu beaucoup trop compliqué avec l’ajout de ce personnage supplémentaire. Le grand frère de Hikaru n’est donc jamais apparu.

IMG_2116-